mercredi 20 juillet 2016

FLORENCE FOSTER JENKINS : LA CASTAFIORE EST DE RETOUR



J'aurais voulu être une artiste


C'est l'histoire d'une femme qui rêvait d'être artiste. de chanter au Carnegie Hall, d'être applaudie, adulée par la foule, d'enchanter le public avec les plus grands airs d'opéra, recevoir des fleurs à ses pieds sur scène, être une vedette, en somme.

N'oublions pas l'essentiel: elle chante faux. Faux comme ma mère sous la douche, comme un type bourré qui pousse la sérénade, comme un chien malade qui hurle à la mort. Florence Jenkins chante comme ça.

Stephen Frears séduit par sa vision d'un New York nostalgique et fantasmé. Oui mais voilà, difficile de ne pas penser à Xavier Giannoli et à sa Marguerite, qui m'avait tant émue il y a quelques mois. 

Disons-le: Marguerite était meilleur


Je ne suis pas contre voir deux versions de la même histoire (sinon, irais-je voir Shakespeare au théâtre ?) mais la castafiore de Frears m'a semblé caricaturale comparée à celle incarnée par Catherine Frot. Plus ridicule, plus pathétique, et étrangement moins drôle, quand Catherine Frot, dès son entrée en scène, faisait rire aux éclats avec sa version pour le moins personnelle de la Reine de la nuit.

Gianolli insistait sur la valse hypocrite du monde, les courtisans de Marguerite et leur complaisance envers celle qui avait, selon les mots d'Aznavour, peu de voix et beaucoup d'argent. Frears, en bon britannique, peut-être, caricature l'hypocrisie et le ridicule, mais n'en tire rien de particulier. La critique a salué la performance de Hugh Grant, qui n'a pourtant  rien d'exceptionnel. Même Meryl Streep, à qui je voue une admiration sans bornes, est décevante ici.

Simon Helberg, pianiste sympathique 


Il est sympathique, cependant, de retrouver Simon Helberg, acteur de la série Big Bang Theory, dans un rôle savoureux. Son talent comique donne une certaine envergure à ce pianiste, navré d'être embauché par une chanteuse insupportable.

Simon Helberg (Cosme McMoon) dans Florence Foster Jenkins, de Stephen Frears
Simon Helberg (Cosme McMoon) dans Florence Foster Jenkins, de Stephen Frears

J'ose le dire: la version de Giannoli était meilleure, et je ne dis pas ça pour défendre le cinéma français. Mais il y avait une finesse et une ambiguïté dans Marguerite qu'on ne retrouve pas ici.

Les mauvais musiciens au cinéma


Plutôt que de se lamenter sur cette version, si on parlait de tous les musiciens pas doués au cinéma mais charmants quand-même ?

Alors il y a L’Illusionniste, ce très beau film d'animation de Sylvain Chomet (auteur des Triplettes de Belleville) qui met en scène cet artiste raté qui finit sans le sou et en vient à mettre sa marionnette au clou. 



Ce film magnifique m'avait sacrément déprimée, et je me souviens m'être consolée dans un salon de thé de Dublin en sortant de la salle.

La salle, parlons-en ! Vous pouvez tout de même apprécier Florence Foster Jenkins si vous visionnez le film dans la salle Youssef Chahine du Louxor. 



Mais avouez que ça fait une trotte si vous habitez en Auvergne.

Je me creuse la tête pour voir qui chante faux au cinéma... Le problème des Américains, c'est qu'ils sont ce qu'on appelle des "triple theats" (triple menace) : ils savent chanter, danser et jouer la comédie, d'où leur talent pour les comédies musicales.

Mais de temps en temps...

Il y a eu Cameron Diaz dans Le Mariage de mon meilleur ami.





On a mal pour elle, et en même temps, chanter faux lui donne quelque chose d'attachant.

Côté séries, il y a Susan dans Desperate Housewives, qui se venge de son ex-mari sur un inoubliable "New York New York."








C'est toujours compliqué de dire aux gens qui chantent faux que c'est le cas: ils y mettent tant de cœur.

Parfois, la complaisance est obligatoire si on veut garder sa tête sur les épaules, au sens propre. Mozart, part exemple, n'a jamais dit à l'empereur d'Autriche qu'il jouait du piano comme un pied.

Florence et Marguerite, même combat


En tout cas, pour Florence Jenkins, difficile de savoir s'il eût mieux valu (admirez mon subjonctif passé) lui dire son manque de talent ou le taire. On peut faire croire à une personne sans talent qu'elle en a. Mais pendant combien de temps ?



Et vous, vous préférez Florence ou Marguerite ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire:


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire