mardi 18 octobre 2016

CIGOGNES ET COMPAGNIE : L'ANIMATION SANS PRISE DE BEC





Quand mes nièces m'ont demandé "Tata, comment on fait les bébés?" j'ai été très emmerdée. Bien sûr que je savais comment j'étais venue au monde. Mais mon histoire est si embarrassante... Mes nièces ont insisté, et il a bien fallu que je leur dise la vérité.

Par chance, je me souvenais parfaitement de ma cigogne.


Et vous, qui était votre cigogne ?






Mais non. Oubliez tout de suite Dumbo et ses cigognes charmantes.





Ma cigogne n'a rien chanté quand elle m'a livrée à mes parents. Trop bourrée.

Pas moi, elle. Enfin lui. Ma cigogne s'appelait Peck.




Vous le reconnaissez ? C'est la cigogne du court-métrage de Pixar, "Partly Cloudy".




Peck devait me livrer en Irlande, tout près des lacs du Connemara (non, on ne chante pas.)






Oui, j'aurais dû naître là, en pleine nature irlandaise, avec ses paysages majestueux, ses cieux immenses et ses habitants accueillants.

Au lieu de cela, je suis née à Paris.






Peck, cigogne peu fiable


C'est que Peck avait un peu trop bu avant de me livrer. Dans un pub irlandais, un collègue lui avait dit : "Tu sais qu'il y a un coin en France où il fait bon être une cigogne ? La région a même fait de nous son emblème."





"C'est joli, l'Alsace, paraît-il, continua le collègue. C'est la grande mode, tout le monde y va."

Après une longue conversation avec son congénère amoureux de la France, Peck me considéra un instant. "Bon, me dit-il, qu'est-ce que ça change de vivre en Alsace ou à Dublin ? En Alsace, on mange mieux qu'en Irlande. Les plats d'hiver, les petits gâteaux, la cathédrale de Strasbourg... Ça va te plaire.

J'adressai à Peck un regard interrogateur. Il prit mon silence pour un "oui."

Il s'envola vers Paris, mais juste avant de tourner vers l'est, il fit une petite pause de trois heures dans un bar à vins de la capitale. C'est alors qu'il me dit :

"Tu sais, hip, c'est p-pas si mal P-Paris, quand on y pense, hein ? Les garçons de café sont si accueillants, hip, la météo est splendide, hip, et puis le métro, c'est cha-chaleureux." 

Mais ne vous en faites pas, ma cigogne ne m'a pas laissée dans le bar à vins. Elle m'a laissée à la gare.




Comment je fus trouvée


Je crois bien que Peck est parti pour l'Alsace, et qu'il y est toujours. Bon, il m'a oubliée en route, mais Paris, c'est pas si mal, même si j'ai le cœur à l'irlandaise et une passion pour la flammekueche.

Alors, me demanderez-vous, comment m'a-t-on trouvée ? 

Mon père, ce jour-là, attendait son train. Il était assis sur un siège tout près du lange où j'étais enveloppée, et remplissait ses mots-croisés.

Le chef de gare est apparu, trapu, imposant, avec une grimace qui excluait la plaisanterie.

- C'est à vous ? grogna-t-il en me pointant du doigt.

- Hein ?

Mon père tourna la tête vers moi, puis vers le chef de gare, et voyant son expression menaçante, il dit rapidement :

- Oui, c'est à moi.

- Le laissez pas traîner. On fait exploser les colis suspects, vous savez.

- Bien sûr. Je ferai attention.

Mon père prit l'étiquette FRAGILE de sa valise, et la colla sur mon front.

- Voilà, on t'embêtera plus.

Au moment où son train arriva à quai, mon père n'eut pas le cœur à me laisser là, à la merci du chef de gare, du vent froid, des vendeurs de hot dogs. Alors il m'a emmenée à la maison.

Et le film, dans tout ça ?


Mais vous voulez sûrement que je vous parle du film. Eh bien, cette longue digression me sert à vous dire qu'il existe des histoires de cigognes bien plus charmantes que Cigognes et Compagnie, dernier opus animé de la Warner.

Sincèrement. Regardez l'affiche de Cigognes et Compagnie. Ces cigognes ressemblent à des mouettes, et celles du Monde de Nemo étaient bien plus réussies.





Cigognes et Compagnie aurait pu être sympathique, avec un scénario original plutôt que cette quête brouillonne d'une cigogne aspirant chef et cette orpheline rousse. Il y aurait dû y avoir des surprises, de l'humour, de la fantaisie, mais non.

Un vieux cartoon sur le sujet s'avère beaucoup plus inventif.







Cigognes et Compagnie pâtit du même défaut que de nombreuses animations récentes, comme Hôtel Transylvannia, avec son montage épileptique et ses gags à la chaîne déjà vus ailleurs. Tout va trop vite, les images, les dialogues. On n'a pas le temps de profiter du spectacle tranquillement, en famille, surtout avec de jeunes enfants.

En même temps, que pouvait-on attendre des "créateurs" du film Lego, à part un long-métrage d'excuse pour du merchandising ?

Il existe de bien plus belles histoires de cigognes, toutes citées plus haut. Et il y a un meilleur film d'animation en ce moment en salles. Amusez-vous bien.


Et vous, que pensez-vous du film ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :