lundi 17 avril 2017

LE PROCÈS DU SIÈCLE : RACHEL WEISZ EN LUTTE CONTRE LE NÉGATIONNISME









Deborah Lipstadt est prof de fac, spécialiste de la Seconde Guerre Mondiale et de l'Holocauste. David Irving se dit historien, et prétend que les chambres à gaz n'ont pas existé.

Pitch prometteur ? Oui, mais également une histoire vraie.



L'actrice Rachel Weisz aux côtés de la vraie Deborah Lipstadt
L'actrice Rachel Weisz aux côtés de la vraie Deborah Lipstadt


Le Procès du siècle, c'est celui qui opposa Lipstadt et Irving, où la prof d'université a dû démontrer, aidée par des avocats et chercheurs, que les thèses d'Irving étaient fallacieuses.

Comment prouver qu'un homme ment délibérément pour soutenir Hitler ? Comment démontrer que les chambres à gaz ont tué des millions de personnes quand il n'en reste à Auschwitz que des ruines, et que pas une photo n'a été prise du calvaire des gazés ?

Reste le témoignage des survivants, bien sûr, mais un négationniste sait, par la rhétorique, décrédibiliser un témoin lors d'un procès. L'éclatement de la vérité, qui pourrait servir de thérapie à un rescapé d'Auschwitz, peut vite se changer en cauchemar de ne pas être entendu, compris, et de voir ses propos déformés par un néo-nazi et ses talents d'orateur.


Enfin un grand rôle pour Timothy Spall


Le néo-nazi, Irving, est brillamment interprété par Timothy Spall.



Timothy Spall en David Irving dans Le Procès du siècle, de Mick Jackson
Timothy Spall en David Irving dans Le Procès du siècle, de Mick Jackson


Timothy Spall a enfin un grand rôle. Choix judicieux que le rat de la saga Harry Potter pour jouer un chantre du mensonge.



Le même Timothy Spall en Peter Pettigrew dans la saga Harry Potter
Le même Timothy Spall en Peter Pettigrew dans la saga Harry Potter


Le négationnisme de Sarkozy à Le Pen



Dans la scène d'ouverture du Procès du siècle, Irving plaisante sur le nombre de morts dans les chambres à gaz comme on raconterait une blague salace à des amis. C'est un peu la même méthode qui a été déconstruite par Gérard Miller au sujet des discours de Jean-Marie Le Pen, qui "joue sur la jouissance du sous-entendu."  C'est un exemple-type de ce que disait Desproges : "On peut rire de tout, mais pas avec n'importe qui."






Souvenez-vous : Sarkozy avait déjà clamé avec fierté avant son élection : "La France n'a pas à rougir de son histoire." Il s'inscrivait dans la même mouvance, et chassait sur les terres du FN pour des raisons purement électorales, sans mesurer les conséquences d'un tel déni. "Déni" et d'ailleurs le titre original du Procès du siècleDenial.




Le négationnisme des Le Pen, père et fille


Dans le contexte où Marine Le Pen nie la responsabilité de la France dans la rafle du Vel d'Hiv, Le Procès du siècle est à ne pas manquer.

Dire que la France n'est pas responsable de la rafle du Vel d'Hiv, c'est foutre en l'air tous les efforts qui ont été faits jusqu'à ce jour pour reconnaître la part sombre de l'Histoire de France.


Quand David Irving clame qu'il n'est pas raciste, il dit : "On peut guère m'accuser de racisme, dans mes domestiques, on compte un pendjabi, un sri-lankais et un pakistanais." Or, Le Pen avait déjà déclaré il y a quelques années "Je ne suis pas raciste, mon cuisinier noir." C'est typique des grandes familles racistes que d'avoir à leur service des domestiques étrangers. C'est la seule place qu'il leur accorde.


En 2002, quand Le Pen était au second tour, Chirac a refusé de débattre avec lui. Certains l'ont critiqué, accusé de lâcheté. Mais aujourd'hui, si la fille Le Pen est au second tour, son adversaire pourra-t-il refuser de débattre avec elle ? Tout comme les médias ne peuvent plus ignorer les Le Pen (qu'ils ont d'ailleurs contribué à populariser) leurs 25 % dans les sondages font que les politiques ne peuvent pas les ignorer non plus. Certains adoptent même une partie de leur discours pour ratisser plus large. L'alliance de Fillon avec Sens Commun tout récemment en est la preuve.


L'Holocauste : un fait, pas un point de vue



Dans Vice Versa des studios Pixar, Bing Bong, l'ami imaginaire, renverse par maladresse une boîte où sont compilées des centaines de faits et d'opinions. Il les remet en vrac, et quand Joie s'en étonne, il répond : "Ça arrive tout le temps."





Le négationniste, c'est celui qui voudrait nous faire croire que les faits sont des opinions. Que la Shoah, notamment, est une simple question de point de vue.

Est-ce que le résultat 2+2 est sujet à débat ? Non, bien sûr.

Mais l'Holocauste, c'est une autre affaire. Certains nient l'évidence, malgré les photos, malgré le film de Resnais et ses charniers, malgré les quelques survivants qui continuent de témoigner dans les écoles, et parfois dans les films.







Haine du juif ? Refus de reconnaître que sa chère patrie puisse être coupable d'atrocités ? Ignorance crasse, façon Donald Trump ? Mépris de l'autre au point de déclarer, comme Le Pen père, que 6 millions de morts n'est qu'un détail de l'Histoire ?

Le négationnisme est une gangrène, le ver du doute venu ronger les consciences, la petite voix qui veut faire trembler l'évidence.


Le passage où le juge semble défendre la liberté d'expression de David Irving soulève une question centrale : il répète à l'envi qu'il s'agit, lors du procès, de ce que David Irving croit. C'est bien là le problème. Il ne s'agit pas de ce qu'un historien croit mais de ce qu'il sait et peut prouver.


Le Procès du siècle : un film pédagogique


Le fait que Deborah Lipstadt soit professeur d'université permet une entrée en matière très pédagogique, à l'instar du biopic de Hannah Arendt sorti en 2012.









Le Procès du siècle
démontre très bien le pragmatisme des Anglais, leur sens de la diplomatie poussé à l'extrême, qui dans une affaire pareille, semble les desservir.

Le Procès du siècle vaut pour la fine reconstitution, et le jeu subtil de Rachel Weisz et Timothy Spall
. Le film manque de rebondissements, peut-être. L'une des images finales devant la statue la justice est trop cliché, il en va de même pour la famille juive orthodoxe que Lipstadt rencontre au cœur du film.

Cependant, dans le contexte actuel, et à quelques jours des élections, Le Procès du siècle reste un film essentiel.



Un avis, une réaction ? Dites-le en commentaire !


Ça peut vous plaire :



  


Légende

Chef d'oeuvre orange star.jpgorange star.jpgorange star.jpgorange star.jpg Très bon


orange star.jpg
orange star.jpgorange star.jpg Pas mal
orange star.jpgorange star.jpg Moyen

orange star.jpg Pas bon À hurler !